6 OCTOBRE : LA JOURNÉE DES AIDANTS.

Vous vous sentez fatigué(e), épuisé(e) ? Physiquement, psychologiquement, émotionnellement, moralement ?

Lorsque vous l'évoquez à votre entourage, on vous fait comprendre "ah mais c est ça d'avoir des enfants!" "Ah mais c est ça d'être parent!" .

Sauf que pour certains parents, leur rôle est bien + étendu avec un ou plusieurs enfants avec handicap, avec un TDAH par exemple.

Le trouble est peut-être invisible aux yeux des autres, mais VOUS gérez le quotidien différent d'avec un enfant ordinaire.

Et oui : VOUS ÊTES AIDANT.


Mais ça veut dire quoi?

Ça veut dire que depuis des années, vous portez vos enfants à bout de bras sans moment de répit.

Ça veut dire que vous vous battez sans arrêt : votre esprit est toujours sur le "qui-vive".

Au quotidien, votre enfant est en capacité de réaliser les tâches quotidiennes physiquement. Par contre, vous

devez veiller sans arrêt à le recentrer, à respecter le timing, gérer les oublis, revenir sur vos pas pour rechercher un cahier, un cartable, un pull, un blouson....

Vous devez rassurer très régulièrement votre enfant car il est hypersensible, l'écouter, discuter, trouver des solutions à la journée qui a très souvent son lot de contrariétés et sur lesquelles focalise votre enfant.

Vous devez mener une enquête bien ficelée et pleine de rebondissements pour permettre à votre enfant un accès aux bilans, diagnostic, rééducations... car oui, le professionnel de santé sera très rarement à côté de chez vous.

Vous pouvez alors presque imaginer la journée d un taxi...

Vous jonglerez avec le planning des rééducations, activités extrascolaires (pour permettre à l'hyperactivité quand c'est le cas de s'exprimer de manière + organisée), date de réunions diverses et variées à l'école quand il y a des difficultés...

Vous chercherez non pas l'or mais plutôt le moyen de financer les bilans et rééducations pour votre enfant qui ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale, contrairement à d'autres troubles.... et aussi le moyen de payer votre essence qui flambe à force de parcourir tous ces kilomètres.

Non, ce quotidien n'est pas celui d'un parent d'enfant ordinaire. Et souvent cela commence au très jeune âge de l'enfant. Sans répit.



Souvent, il n y a pas de relais. .. et vous vous sentez bien seul(e) et incompris(e) des autres....

Parce que ce trouble, en +, est méconnu de beaucoup , vous recevez souvent des regards d'incompréhension et de jugement... et en +, vous êtes épuisé(e)!

Alors sachez-le: en + d'être parent, vous devez braver toutes les difficultés liées à ce trouble.

Vous êtes aidant(e). C'est-à-dire un parent à multiples casquettes.

Il y a encore beaucoup à faire pour la reconnaissance réelle du rôle d'aidant.

Mais cette journée permet de rendre au moins visible le rôle de chacun(e) de vous.

Et n'oubliez jamais de regarder derrière vous et vous rendre compte des progrès de votre enfant pour ne pas oublier que votre rôle est essentiel !